Vampires en toute intimité Saison 1 en streaming vf

Mar. 27, 2019

La mise à jour américaine du faux documentaire « Vampires en toute intimité Saison 1 en streaming » néo-zélandais What We Do in the Shadows streaming vf, diffusée mercredi sur FX, n’ajoute pas grand-chose à la mythologie de l’original. Comme dans l’original, les vampires sont des dandys maudits du vieux monde essayant de comprendre la vie moderne; la série FX déplace l’action d’un vieux manoir branlant à Wellington à un vieux manoir branlant à Staten Island, New York. Comme dans l’original, les vampires ont des «familiers», des esclaves humains qui aspirent à devenir eux-mêmes des morts-vivants. Il y a cependant une vraie divergence: la série introduit un nouveau type de vampire.

Au début, un « vampire énergétique » semble être un concept amusant qui est un véritable frein à l’exécution. Colin Robinson (Mark Proksch) est un drone de bureau terne dont la conversation ennuyeuse et les tics personnels irritants drainent le plaisir de chaque interaction. C’est le point: contrairement à ses colocataires Nadja (Natasia Demetriou), Nandor (Kayvan Novak) et Laszlo (Matt Berry), Colin se nourrit non pas de sang mais d’énergie humaine.

La notion d’un type particulier d’âme qui suce l’âme étant non seulement une déception d’une personne, mais une force surnaturelle malveillante est très satisfaisante! Mais une fois que nous avons la plaisanterie de Colin, nous l’avons vraiment, et il y a une limite au nombre de banalités exprimées dans un grand accent de wisconsin que nous, le public, voulons entendre. Les vampires énergétiques, apprend-on, peuvent même se nourrir d’autres vampires, c’est pourquoi les colocataires de Colin le détestent tellement, et bientôt nous aussi.

Par le troisième épisode de What We Do in the Shadows, j’ai été investi dans les trois vampires standard et leurs tentatives de conquérir Staten Island; dans les déboires du familier de Nandor, Guillermo (Harvey Guillén); et dans l’étudiant local et GN (Beanie Feldstein) que Nadja vampirise. Mais chaque fois que Colin apparaissait à l’écran, je soupirais. Imaginez donc ma surprise lorsque la sous-intrigue de Colin dans l’épisode 3, « Werewolf Feud », est devenue ma partie préférée de la série jusqu’à présent, et une suggestion sur la façon dont cette drôle de série pourrait encore transcender sa matière source.

La plupart de « Werewolf Feud » concerne, bien, une querelle entre les vampires et un groupe de loups-garous locaux. (Les fans du film devraient savoir que ces loups-garous, étant américains et donc plus grossiers que les loups-garous polis Kiwi du film, sont en effet des loups-garous.) Mais dans son bureau, Colin est confronté à un mal encore plus terrible que lui: un vampire émotionnel, Evie (Vanessa Bayer). Tout comme nous avons tous rencontré un vampire énergétique, nous avons tous été piégés dans une amitié avec un vampire émotionnel qui semble se nourrir de notre pitié. Regarder la version de Proksch de la malveillance dans un sac triste affronter le misérabilisme joyeux de Bayer est totalement délicieux. Ils vont même au combat pour l’âme de leurs malheureux collègues!

Autant que j’aime What We Do in the Shadows, le film, je n’étais pas convaincu que Taika Waititi et la comédie d’horreur de Jemaine Clement devaient être développées dans une série télévisée entière. De combien de blagues sur le danger du lever du soleil ou l’inutilité des miroirs dans une maison de vampire avons-nous besoin? Mais la guerre entre Evie et Colin, et les ravages qu’elle fait sur leurs officiers, offre un tout nouvel angle sur le mélange de la série du surnaturel et du quotidien. (J’ai de grands espoirs que la sous-intrigue de Feldstein – il y a déjà des signes qu’elle pourrait ne pas être votre vampire typique – pourrait faire de même.)

Waititi et Clement ont également écrit ou réalisé les quatre épisodes mis à la disposition des critiques, mais les futurs épisodes proviennent d’autres écrivains et réalisateurs, dont Stefani Robinson d’Atlanta, Tom Scharpling du meilleur spectacle et le comédien de Kiwi Jackie Van Beek, qui a joué un rôle familier dans le film original et co-réalisé l’original très drôle de Netflix de cette année, The Breaker Upperers. Il me semble que What We Do in the Shadows a plus dans sa manche que simplement recréer l’ambiance de l’original. J’ai hâte de voir la série trouver des moyens encore plus créatifs d’étendre sa conception centrale: que même dans le monde moderne antiseptique et lumineux, les monstres sont tout autour de nous.